Vie privée: le problème vient des GAFAMs


Cet article est une traduction a posteriori d'un billet d'abord publié en anglais, parfois des mois en arrière, mais que je tiens à traduire.

GAFAM est l’acronyme de Google, Apple, Facebook, Amazon, et Microsoft.

Il s’agit probablement des entreprises les plus puissantes au monde et ce sont toutes des leaders technologiques américains.

Pendant des années, ces organisations ont tracés des milliards d’utilisateurs en collectant toutes sortes de données parfois hautement confidentielles.

Cela donne cette “blague”: ils en savent plus sur vous que vous-même.

Permalien pour la section Un impérialisme digital sans précédent Un impérialisme digital sans précédent

Les GAFAMs sont aussi appelés les “Big Five”.

Leur capitalisation financière donne le vertige avec plus de 4.5 trillions de dollars en cumulé. Cet exploit entreprenarial est aussi une menace importante pour l’économie mondiale.

Ils peuvent acquérir des centaines de concurrents potentiels et dominer n’importe quel marché avec une stratégie impérialiste.

Par exemple, Amazon a racheté bon nombre de startups spécialisées dans le cloud computing ces dernières années devenant de fait le numero 1 dans cette industrie.

Apple a racheté des entreprises dans divers secteurs stratégiques comme l’automatisation et l’intelligence artificielle. Google créé des produits innovants souvent en fait en rachetant des boîtes existantes (ex: YouTube en 2007).

Microsoft a acquis LinkedIn pour 26 milliars de dollars cash, il y a quelques années. Facebook possède Instagram et Whatsapp.

Ainsi, même si vous utilisez une grande variété d’applications et de services, les GAFAMs sont littéralement partout. Par exemple, Google possède des parts dans Uber, et Apple dans Shazam, Beats Electronics, et Beats Music.

Permalien pour la section Des montagnes de données Des montagnes de données

Les GAFAMs sont les nouveaux maîtres du jeu sans conteste. Le Big Data explique en grande partie leur domination sans faille.

Avec la “datafication” de nos vies, la quantité de données collectées a explosé, octroyant ainsi une position stratégique aux GAFAMs et boostant leur influence.

En 2021, le secteur des nouvelles technologies ne jure que par les blockchains et les applis décentralisées. Le potentiel est grand mais pour le moment, le traitement des données est tout sauf décentralisé, ce qui amène à des abus et aux catastrophes comme les leaks de Facebook ou Equifax.

La crise COVID n’a pas stoppé le phénomène. Au contraire puisque les ventes et les revenus du digital ont atteint les niveaux observés lors des périodes de fêtes.

De plus, la consommation de contenus multimédia et de réseaux sociaux s’est envolée, donnant plus de données aux GAFAMs qu’ils n’auraient pu espérer en temps normal.

C’est une menace majeure pour la vie privée et la confidentialité des données.

Permalien pour la section La vie privée comme argument de vente La vie privée comme argument de vente

Ironiquement, les GAFAMs mettent désormais en avant la vie privée. En effet, les dernières Google I/O et Apple Keynotes ont mis le paquet sur le sujet.

Les deux géants semblent capitaliser sur la chute de réputation de Facebook mais contrairement à ce qu’ils affirment, il faut beaucoup de temps et de réglages pour obtenir un semblant de vie privée avec leurs applis.

La RGPD les contraint à plus d’explications et à obtenir un consentement de l’utilisateur mais des techniques comme le fingerprinting permettent de contourner les lois et on ne peut pas utiliser leurs applis sans être tracé, de toute manière.

Le souci majeur c’est que leurs logiciels et leurs interfaces graphiques sont justes incroyables. Leur succès n’est pas volé de ce point de vue et il est difficile voire parfois impossible de trouver l’équivalent dans les alternatives libres et les appareils “déGooglisés”.

Permalien pour la section La vie privée est un jeu faussé La vie privée est un jeu faussé

Que ce soit Google Analytics, le Facebook SDK, une video YouTube, ou n’importe quel bouton de partage, tous les sites sont plus ou moins des relais potentiels des GAFAMs.

Quitter les plateformes sociales ne règle pas tous les problèmes.

N’importe quel site d’actualités permet aux GAFAMs et à des dizaines d’annonceurs de tracer les internautes. Malgré la forte contrainte imposée par la RGPD, les sites peuvent recourir à des modèles intelligents et des réglages confusants pour influencer le choix final de l’utilisateur.

J’en ai même vu certains enregistrer un consentement automatique dès lors que l’utilisateur avait scrollé 10% à 20% de la page ! Oui, vous ne rêvez pas, ça existe et ça a même un nom: le “scroll consent”.

Quoiqu’il en soit, bien souvent l’utilisateur va chercher à passer au plus vite la fenêtre d’autorisation et cliquer sur “accepter tout”.

Les GAFAMs restent le problème principal malgré ces pratiques douteuses. Beaucoup de sites n’ont tout simplement pas la possibilité de mettre en place un vrai consentement sans risquer d’y laisser des plumes. Certains sont fondamentalement malhonnêtes mais c’est un autre débat.

Le vrai sujet selon moi c’est: qui lit ces put*** de politiques de vie privée en entier ? À mon avis très très peu de gens, pourtant c’est bien ce qu’il faudrait faire à chaque fois.

Google met en avant la vie privée et son nouveau bébé technologique débarrassé des cookies mais qui à part Google lui-même peut basculer du jour au lendemain sur ce nouveau paradigme ?

En fait personne et donc on se dirigerait vers une situation monopolistique encore une fois où Google aurait tout loisir de promouvoir ses propres services au détriment d’éventuels compétiteurs, ce que la firme pratique déjà dans les résultats de recherche.

Permalien pour la section Vers l’indépendence digitale Vers l’indépendence digitale

Des activistes, des organisations à but non lucratif, et même des entreprises commerciales proposent bien des alternatives crédibles mais c’est un peu David contre Goliath.

Elles n’ont même pas le centième du millionième de la puissance financière des “Big five” et très peu de gens savent configurer et utiliser Tor correctement.

L’émancipation digitale n’est pas un mythe mais il reste des montagnes gigantesques à gravir dont celle du divertissement.

Les plateformes à la Netflix and co sont largement en avance sur leurs alternatives décentralisées et difficile d’en vouloir aux utilisateurs d’aller se divertir là où l’offre est la meilleure, même si les contenus semblent parfois assez orientés et les tarifs peu élevés parce que des données personnelles sont exploitées.

Prendre conscience de la situation ne résoudra pas le problème mais ça reste une étape nécessaire. Les GAFAMs ont des revenus en constante hausse, ce qui leur permet d’étendre leurs activités et leur influence dans la sphère politique et même la société tout entière.

Google s’attaque au vieillissement et à la mort avec Calico. Les satellites du réseau Internet Amazon sont dans les tuyaux. Facebook mise gros sur son Metavers. Bill Gates finance des projets pour le moins ambitieux comme celui qui consiste à disperser de la poussière dans l’atmosphère pour bloquer les rayons du soleil 😓 (Source: Forbes).

Permalien pour la section Conclusion Conclusion

Une poignée d’entreprises ont pris le contrôle d’Internet, dominant toujours plus de secteurs économiques et espionnant des milliards d’utilisateurs. La vie privée tout comme la diversité sont menacées.

Cette page est aussi disponible dans d'autres langues :